La Ferme de la Truffe - CuzanceLa Ferme de la Truffe - Cuzance

cochonLa truffe est un champignon, fructification souterraine d'un mycélium qui vit en association avec l'arbre truffier au niveau de ses racines. Il existe plusieurs espèces de truffes, mais la seule qui intéresse vraiment le gastronome est l'espèce la plus noble connue sous le nom de truffe du Périgord, encore appelée Tuber melanosporum.

L'arbre truffier se remarque par la présence d'une zone sans herbe principalement autour du tronc qui résulte de l'action herbicide du mycélium. Cette zone appelée "brûlé" est le plus souvent circulaire de quelques mètres de diamètre.

En général, l'arbre truffier est un chêne pubescent mais il peut être un chêne vert ou noisetier.

Il y a plus d’un siècle, dans les années 1900, un petit groupe d’hommes fondèrent un syndicat de trufficulteurs regroupés.

Il étaient au nombre de 11, représentant souvent un nom important dans un lieu dit du village. Mr CHAZAL du Bournissard , Mr CHAPELLE du Mazeaud, et bien-sûr Mr TAVE Pierre qui était à la tête du syndicat en tant que trufficulteur, conserveur et courtier.


Grâce à sa passion pour le précieux champignon, il fit publié deux livres portant sur la truffe de Martel en Quercy qu’il défendit corps et âme tout au long de sa vie. Je ne citerai pas les autres noms de famille car ils sont nombreux, mais je peux dire qu’il étaient tous habitants de la commune de Cuzance, canton de Martel.


L’historique de notre truffe est fabuleux car les écrits de Mr TAVE laisse une trace de cette ruée vers l’or noir.  Trufficulteur


Il nous décrit ces cavages aux truies où tant de truffes sont récoltées telle une levée de pommes de terre. Il parle de son amour pour notre truffe du Quercy née sous les grands chênes pubescents.


Et toujours cette quête de la qualité et un combat féroce contre la fraude en tout genre.


Déjà à l’époque, un trufficulteur pouvait vendre pour 2000 à 6000 francs or de truffe selon les années bonnes ou mauvaises. C’est avec cette argent que nos ancêtres cuzançois ont restauré les maisons et granges ou même batient du neuf en recouvrant les toitures du village de la précieuse ardoise d’Allassac.


Tous les ans, le 7 décembre, avait lieu la foire aux truffes de Cuzance, cité par MR TAVE comme étant la foire la plus importante du monde entier par sa quantité de truffe. Nous avons des archives qui estiment certaines foires à plus de 200 quintaux de truffes soit 10 tonnes de truffe en un seul jour.


La récolte du Lot pouvait dépasser les 712 tonnes par an et la récolte totale française pouvait dépasser les 1200 tonnes par an.


A cette époque un gland semé faisait apparaître un truffier 10 ans plus tard. Aujourd’hui, il faut planter un jeune arbre mychorisé pour obtenir des résultats.

Pourquoi autant de tonnage récoltés en ce début de siècle ?


C’est la question qu’essaye de percer les chercheurs depuis plus de 30 ans sans résultat.


Alors moi-même, simple jeune femme passionnée par ce champignon si mystérieux, je propose de réfléchir à certains facteurs qu’on connaît et qui pourraient nous éclairer.


Il y a un facteur essentiel dans la recherche du champignon, c’est qu’il doit être manger par un animal et digéré pour casser l’enveloppe du spore afin que la reproduction est bien lieu.


Qu’est ce qui a envahit nos campagnes en nombre gigantesque en 1900 ?  Les larves du phylloxéra.


Là où la chose commence a devenir intéressante, c’est quand on ouvre un manuel agricole et qu’on lit la définition de la famille même.
Insecte naît d’un œuf de la mouche mère, ibernant sur la racine d’un arbre ou le bois d’un végétal tel que la vigne, et qui en se réveillant au début le l’été pique la racine, ce qui libère une toxine herbicide et provoque une excroissance sur la racine.


C’est extraordinaire d’étudier cela, car il faut aussi savoir qu’il existe plusieurs phylloxéra dans le monde comme celui du poirier.
Pourrait-on penser à l’existence d’un phylloxéra du truffier ?


Je lance un défi d’étude sur ce sujet puisque on a pas plus avancer aujourd’hui qu’avant.


Pour finir mon histoire, la récolte française est aujourd’hui menacée car le tonnage s’est écroulé. 15 à 20 tonnes en France, et 0,5 à 1,5 tonnes dans le Lot selon les années.


C’est un cri d’alerte que je lance à tous les passionnés de la truffe, et à tous ceux qui s’en passionneront car il faut planter massivement pour que notre truffe survive dans nos terroirs.

 

Delphine VIGNE.

Horaires d'Ouverture

Ouvert du mardi au samedi toute l'année

Boutique à la ferme ouverte de 9h00 à 19h00 tous les jours

Visite de la truffière: tous les matins départ 10h30 sur réservation ( juillet et août pas besoin de réservation aux visites)

Restaurant à la Ferme tous les midi dès 12h00 du mardi au samedi et mardi et vendredi soir dès 19h00 (réservation obligatoire la veille avant 19h00)

Spécial week-end truffe: Le restaurant est ouvert tous les samedis et dimanche midi jusqu'au fin février.